Démarche du Marketing Bancaire > Marketing Opérationnel

Politique de Communication > Communication Externe

Elle traite des relations de la banque avec son environnement qui est composé de tout un ensemble de groupes ayant chacun des comportements, des besoins, des attentes très différentes :

De ce fait, il faut éviter l'éclatement de l'image institutionnelle de la banque et d'avoir une image unique et cohérente pour tout l'environnement.

La communication externe regroupe au sein du service de communication l’ensemble des formes et processus de communication d’une organisation envers le monde extérieur et les groupes cibles.

Quelle que soit la taille de l’entreprise, la communication externe joue un rôle fondamental pour son image et sa notoriété. C'est suite à des actions de communication externe que les partenaires, les clients et les prospects forgent leur opinion et leur attitude vis-à-vis de l’entreprise.

Il est essentiel qu’une organisation puisse offrir d’elle une image positive basée sur l'expérience, la compétence et l'innovation. Outil de construction de la notoriété de l'entreprise, le plan de communication donne sens et cohérence à la multiplicité des actions de communication externe : lobbying et relations publiques, relations médias, événementiel, sponsoring, mécénat, site Internet, e-communication, publicité, promotion des ventes, marketing direct.

Les supports de communication sont nombreux, vidéo, CD-Rom, DVD, leaflets, newsletter, web-TV.

La communication externe de l'entreprise s'est longtemps bornée à la mise en avant de la marchandise ou de la marque. La communication de l’entreprise doit s’intégrer à une vision stratégique : ne pas s’enfermer dans l’économique uniquement ; elle doit intégrer les composantes culturelles et idéologiques.

La communication externe doit intégrer la dimension de l’influence qui recouvre trois composantes importantes : le prestige exercé, donc l’image émise collectivement, les messages transmis, donc les efforts délibérés pour persuader. Elle doit aussi et surtout intégrer la troisième dimension: celle des réseaux, des pouvoirs invisibles, des intermédiaires et des médiations.